Peintures de confinement sur papier, mars, avril, mai 2020, librement inspirés de "Oh les beaux jours" de Samuel Beckett.

Les dessins obtenus sont tout autant le résultat de l'influence du contexte que du contenu de la pièce, et les correspondances entre les deux m'avaient alors sauté aux yeux.

L'aboutissement de cette série est un ensemble de sculptures encore à l'état d'essais.